Bypass…

barreaux

Il contournait les zones armées. Des dizaines d’étapes pour bypasser le système. Du dézonage préventif.  Le renard déjouait. Il enseignait aussi. Des chiffres et des temps, des codes. Next. Porte 29. Un grand sourire se dessinait dans l’infini. Des rides de légèreté au coin de l’œil gauche. Désarmant. Un mur qui s’érigeait de tous les contraires possibles. Sauvagement contradictoire. Sans aucun doute elle ne voyait pas la poutre dans son propre œil. Ni dans ce regard de pierres qui s’élevaient en une colossale armature, se dressant contre toute  trace de raison en une brève amertume. Une logique d’amoureuse qui ne s’effrite jamais. Elle rongeait ses ongles sans vernis jusqu’à l’os. Quand  ça devenait croquant. Des heures d’une douleur justifiée, qui s’étiolaient dans le printemps tardif. Peu importe ce qui arrivait, l’aura électrique qui les entrechoquait lors de chaque frôlement de peau, se révélait violemment. Douce violence. Il l’avait une fois de plus désactivée. Désarmée.

MFL

~ par MFL sur 20 mars 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :