Tour de nuit…

L’aube se découpait en silex improbables. À demi nue dans la nuit chaude, des mots réfléchissaient le tour en une historique luminosité, isolés par les nuances fragiles qui coloraient la lune. Leurs écumes nocturnes ne rivalisaient pas avec Vian, se contentant de parfumer les heures en accumulations inespérées. Chacune d’entre elles, maraudé au temps, comme une offrande excitante dans la nuit de Vincent. Étoilée et urbaine. Surprenante. Des heures qu’on ne se donnait plus le droit d’attendre. Des milliers de mots, charnellement gravés du bout des doigts. Chaque lettre voluptueusement effleurée à la lueur simulée de l’ACL. Technologiquement loin. Si près pourtant. Si près des mots que l’on rêve de lire. Comme tant de nuits, comme tant de chimères. Le ciel d’ecchymose esquissait alors en traits fins, des nuances de matin. De petites portes obscures papillonnaient dans le jour discret. L’aurore s’invitait. Comme ils étaient doux les mystères répliqués aux désirs… Et ces silences passionnels… Elle offrait des bulles roses à ces lèvres arides, bercée par le vent satiné qui enjôlait sa peau. Toujours des mots caresses. Écrouée par la peur des fausses joies. Craintive. Hâtive, sur le bitume du matin, à attendre enfin. Ses mots échangés, ses cheveux ébouriffés. Son souffle apparu à la dérobé de l’aube.

MFL

Publicités

~ par MFL sur 12 juillet 2012.

12 Réponses to “Tour de nuit…”

  1. De plus en plus impressionnant MFL ! Vous m’épatâtes ! 😉

  2. 🙂 Bien le merci M. Primeau. Vous me réconciliez avec les mots!

  3. Et pourtant, vous avez déjà une superbe maîtrise des mots et beaucoup de réponses à nos maux ! :*

  4. Ce tour-ci est immunisé contre le dopage. À moins qu’il ne s’agisse d’un dopage créatif…si tel est le cas, j’appuie le dopage! 😉

  5. Ça compte la caféine 😉

  6. Ouf….la littérature gémellaire existe…c’est ici prouvé…encore une fois…émue aux larmes de nos diapasons Marie ! Le grand architecte ne nous a pas donné ces échos pour rien non??

  7. Noln Julie ! Vous êtes les piliers de la Terre, les mamelles de l’humanité assoiffée de beauté.

  8. *Non

  9. J’en suis toujours un peu troublée!

  10. Oui Marie..moi aussi…toujours troublée et émerveillée à la fois….

  11. « Son souffle apparu à la dérobée de l’aube ».

    Ces mots-là me rappellent quelqu’un, et pas seulement.

  12. Pas seulement?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :