Celle qui dissimule une plume de canard entre les pages de son bouquin…

Quelques rayons ici et là, à peine dissimulés par la vison claire obscure des branches miroirs qui laissent dériver la lumière par delà les herbes chimères. Des milliers de plumes dorment sur le sol usé. Wagner est imperceptible, mais pourtant il est là, il résonne symphoniquement dans l’espace dense et anonyme. Les canards valsent en une chorégraphie nerveuse, serpentant entre les enfants émerveillés et les flash de Blackberry roses. Parfum d’été et essence singulière, les heures s’éteignent immobiles effacées par les cris batailleurs du temps présent. C’est un instant, un unique moment, une contemplation éphémère, comme une photographie qui aurait su figer en un seul soupir tout un éclat de vie. Celui-ci semble causer avec un écureuil accueillant qui aurait certainement laissé tomber ses lunettes pour bien entendre ses confidences. Il y a Jonathan qui m’observe du coin de l’œil, l’air de se dire, ah mais je la reconnait elle… Elle est celle qui observe discrètement toutes les parcelles de vie.  Celle qui médite sur rien et qui se questionne sur tout, tentant subtilement et compulsivement de trouver des mots pour expliquer tous ses délires et pour remplir chaque case noire de réponses exhaustives à des question qui ne devraient pas exister. Elle est celle qui s’oublie dans le présent, qui fixe le moment et qui sait qu’il sait qu’elle sait….

MFL

Publicités

~ par MFL sur 21 juin 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :