Vie de cruche…

Cet aplomb. Il me fascine et me trouble à la fois. Sa capacité de faire fi des événements de poursuivre en ignorant ma peine de faire toujours et encore comme si rien n’avait été. Je suis sans doute vide. Vide de sentiments, vide d’intérêt, vide de considérations. Quand la vie à essayé de créer le modèle à usage unique, jetez après usage, je crois bien en avoir été le principal cobaye. Il tourmente, agace et promet puis disparaît. Il n’est pas le seul, tous l’on fait avant lui. Un de plus un de moins, mais toujours la même sensation d’être laissé pour vide. Toujours la même douleur, toujours cette manie de me trouver idiote de m’être une fois de plus laissé avoir. Et lui, de poursuivre ses jours comme si je n’avais jamais existé. Froid, distant, insensible toujours, sur la route unidirectionnelle de ses besoins uniques. Ça se guérit la « cruchitude »?

MFL

~ par MFL sur 10 juin 2011.

9 Réponses to “Vie de cruche…”

  1. Espérons que la cruchitude fédérâleuse est curable!😉

  2. Si c’est la même souche que la mienne, elle est incurable.

  3. Je ne crois pas.

    Et si la froideur était attirante? (pas pour moi, on s’entend)

  4. hen?

  5. Je pose la question.

  6. Tu me fais sourire, ces mots ne doivent être de toi, si légère, si diffuse.

    Quel serait donc ce type qui se permet de t’ignorer ?

    Un fédé-raleux comme le dit David ?

    Quel pourrait être l' »endroit » de ta personnalité où le vide aurait pris ses quartiers ?

    Yves

  7. L’erreur est peut-être d’avoir cru que les autres mots étaient de moi. Ceux ci sont les plus vrais que je n’ai jamais écris.

  8. Les plus vrais…
    Je ne peux m’y résoudre, après avoir lu des textes admirables. Nul n’est parfait, mais il faut toujours se garder de se déprécier au vu de tous, les innocents pourraient te croire.

    Yves

  9. Yves, ça me semble apparent que ces mots sont parmi les plus vrais écrits ici. Mais vous savez, la nature même de l’amour (et parfois même de l’amitié, dans une moindre mais certaine mesure) fait en sorte que de telles situations perdurent même si des gens moins froids (la froideur semble être attirante) et plus empathiques font partie de notre antichambre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :