Pourtant…

À l’orée embrouillée de cette nouvelle croisée d’instants et distante, je joue ma vie en dilettante. J’attends. Moi l’éternelle  nébuleuse du printemps, je fixe mon temps en estivale, légère angoissée par l’automnal détonant. J’attends. Si je croque les secondes c’est pour éviter de les partager avec la vie, je n’ai jamais été une partageuse de temps, je le donne ou je le prends. Je préfère le donner et le prendre en une même chance. Transe de temps échappée aux vents d’avant, je saute dans le  silence, mais jamais aussi intense. J’attends. Je prends aussi. Je m’étoile encore pour des mots échangés, je me consume encore en mots espérés, éternelle passagère du présent, je rêve de voyager en première. Étrangère j’attends. Tic Tac Tic Tac… Le temps vole, temps d’attente voleur de vie. Train de vie et vol de nuit. S’il me rejoint sans cesse c’est qu’il me suit. Temps danseur, tendancieux et implacable. Le temps remporte toujours la joute, il noircit chaque année la première page de mon carnet de bal en m’accordant à chaque mois d’août, une nouvelle valse. Alors qu’on sorte le champagne rose et qu’on tourbillonne une trentième fois, je maîtrise de mieux en mieux chaque pas. Je t’attends.

MFL

~ par MFL sur 18 août 2010.

5 Réponses to “Pourtant…”

  1. Ah le temps!… en effet très vite écoulé, j’espère avoir assez de temps pour terminer mon commentaire. Certaine occasion on dirait que le temps s’arrête ou ne passe pas assez vite et on se morfond.. en tout cas pas quand on vient te lire. Splendide ce billet oups! je vais me faire couper mon temps internet s’achève sur cet ordi emprunter pour un instant….clic…

  2. « Transe de temps échappée aux vents d’avant, je saute dans le silence, mais jamais aussi intense. »

    Wow, j’aime!🙂

  3. Tout simplement superbe!🙂

  4. « Je préfère le donner et le prendre en une même chance »

    Pourquoi ne pas le donner à un pauvre type qui te le donnerait à son tour ?

  5. Pardonne-moi, je voulais dire : le Don n’a d’égal que le Don, quelque « valeur » qu’à tort ou à raison on lui attribue.

    A moins que je ne t’aie comprise et que je navigue sur d’autres eaux.

    Yves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :