Déresponsabilisation, déshumanisation et exploitation d’une génération…

Exploitation

Vous connaissez ces « résidences » pour personnes « du troisième âge » ou personnes retraitées, qui poussent plus vite que des condos sauvages ces dernières années? Des havres de paix, où l’on stocke, apparemment dignement, nos personnages âgées. En réalité on fait mieux que cela, on les attire avec des bonbons et du sucre et finalement, ils choisissent eux-mêmes d’y élire domicile, ce qui déculpabilise les familles qui n’ont plus la tâche ingrate de devoir les y placer. Si c’était seulement ça.

Des entrepôts à vieux, dans des bulles de verre. Des halls d’entrés en marbre, des lustres en cristal, des palmiers de 5 mètres de haut, des jardins, des piscines dans des vitrines, un endroit où, il fait bon vivre, des endroits rassurants, et sécuritaires, où tous les services sont offert sur place. Bref, des microcosme organisés, des guettos, où l’on apprend tranquillement à fuir le monde réel. Mais que se cache-t-il sous ces apparences de luxe et d’opulence malsaine? Des appartements de la taille de souris anorexiques, des vieux tapis pleins de poussière, pas d’air conditionné, des rues de marchettes et de chaises roulantes, des corridors sombres, enlignés, oubliés. Je regarde ça, et j’ai envie de pleurer, je rage de voir les prix astronomiques qu’on arrache à nos aînés pour vivre dans des endroits qui sont d’une tristesse infinie. Des tours, des gratte-ciel, des villes complètes de personnes âgés qui craignent le soleil.

Salon de coiffure, infirmerie, salle de spectacle, gym, dépanneur… Services utiles, soit, mais si on prend le temps d’y réfléchir un peu, ça “désautonomise” tranquillement les gens. Il faut peu de temps pour que les nouveaux résidents qui était très autonomes encore, s’assimilent à ce mode de vie, et finissent après peu de temps, par ne plus jamais avoir besoin de sortir, par ne plus jamais avoir besoin de prendre de décisions, on charge le gros prix pour les loyers en prétextant une multitude de services, mais ils ne sont pas gratuit ces services, les proprios finissent tranquillement par mettre la main sur l’intégralité des revenus des résidents en allant chercher tous les sous qui n’étaient pas compris dans le loyer. Exploitation, exploitation, exploitation… On leur fournit un autobus pour les amener dans une épicerie unique et obligée, je ne serais pas étonné que les proprios aient une cote en remerciement d’une clientèle fidèle et nombreuse.

Et les activités, comme si en 2009, l’intégralité des personnes âgées ne vivait que pour le bingo et les spectacles hommages à Fernand Gignac, S’il y en a pour tous les goûts dans la société, pourquoi faut –il qu’on uniformise le divertissement avec des idées préconçues, archaïques et aliénantes? Et surtout, pourquoi personne n’ose s’insurger? Demander plus, plus de variété, plus de découverte, pourquoi avec les mois, l’idée d’attendre la mort devient la seule véritable activité journalière? Une personne qui a 65 ans en 2009 est née en 1944, elle a grandi avec Elvis Presley et le rock ans Roll, puis avec les Beatles, elle avait 25 ans lors du Bed In de John et Yoko à Montréal, elle a connu les Rollings Stones, possiblement écouté Led Zeppelin, Harmonium… Elle a élevé des enfants, voyagé, visité l’expo en 67, découvert le monde… Alors pourquoi?

On déshumanise les gens, on les déresponsabilise, on leur apprend à devenir les pions d’un système dans lequel ils finissent par oublier qui ils sont, qui ils ont été. On tue les espoirs et les rêves. Plus de place aux hasards de la vie et aux rencontres fortuites, non, on marche sur le plancher de marbre de l’indifférence, on fait payer aux locataires des travaux d’entretien qui devraient être défrayé par les propriétaires. C’est purement et simplement criminel. Mais après quelque temps dans un vase clos, les gens en oublient leurs droits, tranquillement ils en oublient de penser, et en peu de temps ils deviennent vieux, et c’est à mon avis le pire. Pas de vieillir, mais de devenir vieux à 60 ans.

Ils en oublient même leur droit de sortir dans le monde réel, puis tranquillement la peur du vrai monde s’installe, sournoisement, et une génération complète se met à craindre de rencontrer des enfants, des adolescents. Le tout sous l’œil approbateur et compatissant de médias et de réseaux comme TQS et TVA qui deviennent leurs seuls amis, leur seul regard sur le monde et où on leur confirme qu’ils ont raison d’avoir peur.  À quand des tournées de Star Académie dans les résidences pour aînés?

J’aurais envie de crier mon indignation, je rêverais presque qu’une émission comme J.E ou la Facture s’empare de ce dossier et dénonce publiquement toutes les exploitations dont sont victimes les résidents de ces maisons dont le seul but est de s’enrichir aux dépends d’une population vieillissante. De s’enrichir en prenant jusqu’au dernier centime de ce que les gens ont travaillé toute une vie pour obtenir, pour s’assurer une fin de vie paisible à l’abri de tout souci.

Une prison à beau être en marbre, ça demeure une prison.

Une cage à beau être en cristal, ça demeure une cage…

Et que fait-on avec les gens qui ont donné toutes les économies d’une vie dans ces résidences et que, parce qu’ils ont vieilli trop longtemps, n’ont plus un sou pour pouvoir continuer d’y vivre? Eh oui, on les place des CHSLD aux frais de l’état où ils finiront leurs vies, comme des animaux de cirques qui ont fait leur temps.Triste destin.

On leur vend du rêve, tranquillement ils se retrouvent dépendants, floués, et plus du tout autonome! C’est drôle, je donnerais pas mal la même définition à une secte.

Je ne souhaite qu’une chose, c’est que la génération vieillissante ne tombe pas dans ce panneau, et que toutes ces résidences se mettent à tomber une après une.

Vieillir devrait être un privilège et non une déchéance, du moins quand la santé est au rendez-vous.

MFL

Allergique au marbre façade de l’exploitation humaine

~ par MFL sur 2 juin 2009.

22 Réponses to “Déresponsabilisation, déshumanisation et exploitation d’une génération…”

  1. Bravo!

    Si touchant…

  2. « On leur fournit un autobus pour les amener dans une épicerie unique et obligée, je ne serais pas étonné que les proprios aient une cote en remerciement d’une clientèle fidèle et nombreuse. »

    Sans compter les autobus pour aller jouer compulsivement dans les casinos de l’État! (attention, je ne souhaite pas l’abolition des jeux de hasard, loin de là, mais cette misère humaine est d’une telle tristesse…)

  3. Vite, ça prend des clowns pour régler ça!😉

    « Et les activités, comme si en 2009, l’intégralité des personnes âgées ne vivait que pour le bingo et les spectacles hommages à Fernand Gignac, »

    Tu es de mauvaise foi, il n’y a rien de plus joyeux dans une prison pour vieux crisses😉 que d’entendre Gignac chanter « Quelle importance le temps qu’il nous resteeeeeeeeee »!😦 (même si hors ce contexte, cette chanson n’est pas si mal)

  4. David, pour ce qui est du casino, je suis pas mal en accord avec toi, c’est d’une tristesse.

    Par contre, il ne faut pas se moquer des clowns, ça je pourrais me mettre en colère🙂 Une autre preuve que les journalistes ne font pas leur travail et qu’ils « désinforment » la population. heureusement qu’il y en a qui le font et qui reviennent sur leurs positions en s’excusant comme la journaliste de la Presse l’a fait le Weekend dernier.

  5. On dirait que tu décris exactement la résidence où ma grand-mère habite excepté pour le bout : « Des appartements de la taille de souris anorexiques, des vieux tapis pleins de poussière, pas d’air conditionné, des rues de marchettes et de chaises roulantes, des corridors sombres, enlignés, oubliés. »

    Je me suis sentie interpellée par ton billet. Brassée peut-être. Mais je ne suis pas totalement en accord.

    Ma grand-mère est aux résidences soleil et bien qu’il y ait à peu près tout ce que tu décris (à l’exception que tout est beau à l’intérieur, y compris son appartement), ce n’est pas une fin en soi.

    C’est à tous les âges qu’il y a une catégorie de personnes qui préfèrent se « faire entreprendre » plutôt que de s’entreprendre eux-mêmes.

    Ma grand-mère n’est pas prisonnière des films présentés au cinéma intégré à son centre, n’est pas prisonnière du dépanneur, ni du service de coiffure, ni même de la pharmacie ou des voyages en autobus qui sont effectivement organisés pour faire l’épicerie ou le magasinage. Ma grand-mère a toujours été active et quand ça lui tente de sortir et de prendre l’autobus de la ville par elle-même, elle le fait.

    Par contre, ma grand-mère me parle souvent de ces vieux qui se complaisent dans leur monde de vieux. Qui ne sortent de leur appartement que pour aller manger à la cafétéria. Elle me répète souvent que ces vieux-là, ils font vraiment exprès de s’emmerder.

    Je crois qu’il y a effectivement du bingo qui est organisé ainsi qu’un paquet de spectacles quétaines mais personne n’est forcé à y aller.

    Tu sais, ma chère MFL, toutes ces activités un peu insignifiantes font peut-être partie de ce qu’on considère comme la « culture populaire de vieux ».

    Moi je me dis que plus tard, je vais probablement lever les yeux au ciel comme ma grand-mère parce que déjà, je sais que je ne suis pas mainstream. Que je m’intéresse à des trucs qui n’intéressent pas nécessairement la majorité.

    Quand je vais être vieille, je ne m’identifierai probablement pas aux soirées rétro. Si on décide de nous repasser des vieux épisodes de Star Académie, par exemple, je ne serai pas touchée par ça. Ou prend n’importe quel groupe de l’heure. Admettons qu’on ferait plus tard une soirée style rétro où on passerait des tounes des 3 accords, mettons, ça ne me touchera pas. Je pense pas qu’on va organiser des soirées métal juste pour moi parce que déjà, la majorité s’en contre-câlisse.

    Ton billet m’inspire un paquet d’autres choses mais pour l’instant, je vais m’arrêter ici.

    Disons simplement que paradis artificiel ou pas offert par ces résidences, dans aucun cas ce n’est une fin en soi.

  6. Noisette:

    Il y a quelques années je croyais la même chose que toi.
    Comme un peu partout, et fort heureusement il y a des résistants, ma grand-maman en est une aussi, mais c’était dans son caractère, c’était évident qu’elle allait résister. Mais pour en avoir fréquenté de manière plus soutenue au quotidien ces derniers temps et pour avoir fait un peu de recherche concernant le financement et les abus, et après avoir eu une discussion fort perturbante avec les intervenants en santé dans ces résidences, je peux même te confirmer qu’on mets volontairement en jeu la vie des résidents dans le but avoué d’économiser des sous. Je ne peux passer sous silence cette exploitation, c’est à mon avis criminel. Quand je vois des êtres humains exploités volontairement de la sorte, je me dois de réagir, c’est dans ma nature. J’aime pas trop me complaire en me faisant croire que tout va pour le mieux. Je préfère regarder au delà des illusions.

  7. @Noisette

    « C’est à tous les âges qu’il y a une catégorie de personnes qui préfèrent se “faire entreprendre” plutôt que de s’entreprendre eux-mêmes. »

    D’accord, mais ça me semble plus pernicieux, imposé (de manière infantilisante) et dommageable pour ces gens-là.

    « Ma grand-mère n’est pas prisonnière des films présentés au cinéma intégré à son centre, n’est pas prisonnière du dépanneur, ni du service de coiffure, ni même de la pharmacie ou des voyages en autobus qui sont effectivement organisés pour faire l’épicerie ou le magasinage. Ma grand-mère a toujours été active et quand ça lui tente de sortir et de prendre l’autobus de la ville par elle-même, elle le fait. »

    Votre grand-mère oui, mais pas en général!

    « ma grand-mère me parle souvent de ces vieux qui se complaisent dans leur monde de vieux. Qui ne sortent de leur appartement que pour aller manger à la cafétéria. Elle me répète souvent que ces vieux-là, ils font vraiment exprès de s’emmerder. »

    Raison de plus pour ne pas imposer cette merde à tout le monde!

    « Disons simplement que paradis artificiel ou pas offert par ces résidences, dans aucun cas ce n’est une fin en soi. »

    Ce paradis artificiel crée un environnement tellement insipide et quasi-carcéral que ça devient une fin en soi dans le fond. Au moins, votre grand-mère s’en tire bien, mais ce n’est pas le cas de tous!

    Excellente réponse MFL!

  8. « je peux même te confirmer qu’on mets volontairement en jeu la vie des résidents dans le but avoué d’économiser des sous.  »

    Alors là, c’est totalement autre chose.

    Je trouve ça extrêmement compliqué d’argumenter par écrit, avec le temps qui me file entre les doigts.

    Mais pour résumer, je reste tout de même convaincue que pour le reste, le fait d’être allumé ou non en tant que personne ou en tant que citoyen est totalement indépendant de l’âge. Mais un très de caractère présent ou absent dans la jeunesse ne saura qu’être grossi en vieillissant.

    Ce qui m’intéresse, c’est de savoir comment la vie des personnes âgées dans ces centres est volontairement menacée.

    Mais il paraît qu’on est dues pour se voir, de toute manière. Tu m’expliqueras.🙂

  9. Noisette:

    Mais un trait de caractère présent ou absent dans la jeunesse ne saura qu’être grossi en vieillissant.

    Ça c’est absolument vrai!!🙂 Justement la semaine dernière, il y avait cette fille insupportable et impatiente dans le bus et je me suis dit: tien elle: Elle ne sera pas du monde lorsqu’elle sera vieille😉

    Mais ce n’était pas mon point, ce que je dénonce c’est l’abus, l’abus et encore l’abus!

  10. « Mais pour résumer, je reste tout de même convaincue que pour le reste, le fait d’être allumé ou non en tant que personne ou en tant que citoyen est totalement indépendant de l’âge. »

    Justement, il ne faut pas éteindre le feu irrévérencieux chez les personnes âgées pour faire plaisir à certains…

  11. Tu aurais pu ajouter « Avec Rancune » à ce billet!😉

  12. […] que la persévérance scolaire se perd au Québec… Aussi, je ne pouvais pas ne pas souligner ce texte extrêmement sensible sur la condition des aînés  au Québec, texte provenant de Regardez la […]

  13. J’attendais ce texte et je peux dire que c’est excellent. J’adore ton côté dénonciatrice de l’injustice. Ce genre de choses, il faut en parler. Il semble y avoir un aveuglement collectif sur la question… Sauf dans les cas de mauvais soins, d’insalubrité et de violence physique, on ne se rend pas toujours compte des réalités de ce milieu. La réelle violence infligée aux personnes âgées est beaucoup plus pernicieuse et tu en fais très bien état.

    Illusion de confort, quand tu nous tiens.

    Quand je serais vieux, je ne veux pas me retrouver dans un centre comme ceux-là. J’ai pas le goût de finir mes jours à regarder du monde se laisser mourir.

  14. Pas loin de chez moi j’ai vu un « spécial » pour un 1 1/2 à 795$ dans une de ces résidences. Je me suis dit, c’est pas donné! Et je lis ton billet…

  15. Le cynisme de la société capitaliste n’a pas de limite. Je partage l’écœurement et pour clore sur une touche plus optimiste voici un lien intéressant concernant une démarche autogérée pour bien vieillir : Lo Partage

  16. Renart

    Les prix sont vraiment exorbitants et pour pas grand chose en fait car, tous les services offert à l’arrivée deviennent payant rapidement, ça augmente encore le prix du loyer ça!

    Quelle dignité y a t-il à vendre et quitter sa maison pour s’enfermer dans un un et demi… triste hen!

  17. Daud

    Ça c’est le genre de projets qui me plaisent. Il y a ici également des type de projets comme ceux ci, à différents niveau.

    Des regroupements de gens qui s’achètent des condos dans des mêmes immeuble ou des maisons dans un même quartier et qui s’entraident et arrivent en se mettant en groupe à s’offrir non seulement une vie bien à eux pour des frais normaux mais aussi une sécurité et des petits avantages comme un service de ménage, une voiture, et dans les moment difficile de l’aide en santé à domicile. Mais encore plus important, ils se paient et se créent encore la vie qu’ils souhaitent là où ils ont envie de vivre. Et cela sans enrichir des exploiteurs tout en continuant de vivre dans le monde réel entouré des gens de toutes les générations.

    Je comprends le besoin de se rapprocher, mais pas celui de s’isoler.

  18. Je suis content, ni de mon côté, ni de celui de Douce, il n’y a personne dans ces réduits…

  19. Y’a de quoi!

  20. @MFL

    Parles-tu des coopératives d’habitations, entre autres?

    « Quelle dignité y a t-il à vendre et quitter sa maison pour s’enfermer dans un un et demi… triste hen! »

    Bof, y a tellement pire que ça…

  21. Mais je comprends que ces un et demi sont d’un coût exorbitants, je sais.

  22. De Jean Leloup:

    Votre vue est sommaire rétorque Dieu le père
    Savez-vous l’existence de ces familles de banlieue
    Qui passent leur jeunesse à gagner
    Un salaire à peine suffisant pour payer cette maison horrible
    Et cette pelouse affreuse et après 20 ans de labeurs fous
    Les enfants les quittent et plus jamais ne les aiment,
    Et plus jamais ne les aiment…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :