Fuite à quatre mains (cadavre symphonique et pathétiquement amoureux)

a-quatres-mains

Hier, les yeux fermés, le regard éteint, luné comme un oubli qui efface et s’ébruite en une seule bourrasque fulgurante et torrentielle. Brume d’espoir jamais avoué comme une promesse d’un hiver sans neige qui cristallise au contact des fragments froids de l’été morne. Jamais deux nuits ne me laissaient seule avec mes rêves de le voir encore une dernière fois à petites doses indolores et masquées par l’écran d’illusion. Hier, il y avait cette chanson qui résonnait entre nous comme une promesse d’amour jusqu’à la prochaine brûlure qui ne veut point s’en remettre. Guérison vaine se mutant en une complicité kamikaze qui crash le ciel d’un sombre soleil malade. Précipitation des sens qui viennent mourir sur le seuil des récifs. Enivrée par une odeur d’intemporel qui chaque fois ravive mes humeurs fragiles et ces cauchemars qui ne retrouvent plus le chemin des rêves. Oh toi mon seul, mon unique, celui qui donne un sens à mon monde défectueux et nourrit de rochers apiques, d’âmes battues au couteaux fleurets et autres pointes métalliques qui savent trouer un cœur comme un supplice dans une fiole incassable et soufflée au mépris. Outrage qui orage encore une fois mes désirs refoulés, mes corps effacés en un battement de cil et pleurer l’or des yeux, car il n’y a plus vrai que ma peur de lui, mon ami, accroché à mon âme égarée depuis que l’ombre recouvre mes seins et mes heures. Cent pierres qui tombent en gouttes de regret et en temps d’attente absolu. Et mes peurs se transformeront demain vers un prochain. Sans fin.

MFL

Charlotterusse

~ par MFL sur 15 février 2009.

8 Réponses to “Fuite à quatre mains (cadavre symphonique et pathétiquement amoureux)”

  1. Bravo vous deux! Douloureusement merveilleux.

  2. La saveur de cette dolente infinitude est exquise, c’est une eau de vie qui coule au rythme lugubre d’une fugue de Bach.

  3. Le D

    Merci🙂 Faudrait bien que tu viennes en écrire un avec nous un jour!!!

    ***

    Daud

    Lorsque Charlotte Russe et moi nous rassemblons autour d’un cadavre exquis, on dirait toujours que tout l’univers converge afin de créer des suites toujours troublantes et parfaitement connectées sur des âmes semblables, c’est toujours magique!

  4. Super beau travail!!!
    C’est cruelle et merveilleux comme poésie.

  5. Fay

    Merci !!!!!!!

  6. M.F.L. Sublime billet dont la lecture coule si bien que l’on le relis au moins deux fois pour en sav ourez les textures et les nuances divine que vous savez si bien inclure dans vos tournures de phrase. Ce mets textuel est divin et on ne s’en lasse pas en tout cas pour mon humble part.

  7. Bonjour.

    Cadavre symphonique et pathétiquement amoureux:

    Eros/Thanatos au rythme d’une composition de l’album X?

    Salutations Célestes.

  8. Versions Célestes

    Le plus ironique est qu’il a réellement été écrit sur la Musique de l’album X
    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :