Histoire de terminer sur une meilleure note…

Un dernier cadeau avant de partir d’ici… Histoire de terminer sur une meilleure note…  Y’a de ces chansons qui ne vieillissent pas. Celle-ci, j’aurais aimé qu’elle ait vieilli et que 30 ans plus tard, elle ne soit pas autant d’actualité… Au moins je vous laisse en musique…

À un jour peut-être

ciao

~ par MFL sur 24 octobre 2008.

17 Réponses to “Histoire de terminer sur une meilleure note…”

  1. Wow! Merci MFL pour ce beau cadeau. Doux-amer, comme une fin ouverte, une fenêtre vers des perspectives auto-déterminantes. Un passage «fait naître» des portes. Courage dans ce beau processus. À bientôt! xxx

  2. xxx à toi aussi!

  3. MFL Merci, ton souvenir m’accompagnera chaque fois que je ferais (un geste artistique)comme écrire pour mon blogue ou écrire mes délires sous forme de commentaires que je sèmerais et parsèmerais sur la blogue-o-sphère.

  4. Loup de ville

    tu m’oublieras vite…
    😉

    Au plaisir…

  5. MFL Non JAMAIS…(crie artistique)… et sache chère artiste qu’une touche MFLèsque sa se voit et se lit et est unique comme la personne qui l’a fait et moi en plus j’ai mon flair LoupDeVillien ça c’est mon secret, Comment il agit et réagit, mais il saura toujours retrouver des traces… les tiennes quelques part. N’en doutes pas. N’oublis que quand tu passes par une certaine gare pour aller voir tes géniteurs tu es sur mon terrain car j’ai ma tanière en ces lieux.

    Le plaisir sera partagé comme il l’a toujours été à lire et commenter tes délires.
    🙂 Lou P. DeVille

  6. C’est bien dommage de te savoir partir… Mais tu sais que la porte de la blogosphère t’es toujours ouverte…

    Bonne vie!

  7. […] plus glacé, j’ai deux amis qui se laissent tomber de l’arbre. Deux morts de plus pour mon cimetière virtuel qui […]

  8. Renart

    Merci c’est bien gentil!

    J’ai besoin de prendre du recul du virtuel afin de me taper une bonne dose de réel, histoire de me reconstruire quelques racines…

    Dans le monde réel, j’ai le souvenir d’une très belle soirée en ta compagnie, alors si jamais tu souhaitais récidiver, ce serait chouette de refaire le monde concrètement autour d’un verre de rouge! Le vin est tellement meilleur dans le réel!😉 Et il semble se pointer une nouvelle campagne électoral bien concrète… Quoi de mieux!

    Anytime!

    MF

  9. Merci MFL pour ton passage virtuel qui fut apprécié.

    Bonne reconstruction dans le réel. Cela nous pèse tous je crois.

    GMA

  10. Ce fut un plaisir. Un grand. Un vrai.

    Paix et amour.

    J

  11. Oui, ça serait bien une petite rencontre. Avec quelques personnes dont Lutopium, tiens! Aussitôt mon rush de déménagement passé (sans oublier la tornade de changements due à l’arrivée au monde de ma petite Charlie), ça devrait pouvoir se faire!

  12. Super!!!!!

  13. T’inquiete, on va l’avoir notre pays… et dans moins longtemps qu’on croit.

  14. Reblochon

    Il y a des lunes que j’ai pas entendu un truc aussi positif!🙂

    Merci pour le baume!

  15. On va l’avoir notre pays?

    Ça va rien régler.

    Rien.

    Le problème de toute cette tristesse est beaucoup plus profond qu’une possession de terrain, qu’une langue, … c’est un problème EXISTENTIEL, affectif, de sentiment d’appartenance à la race humaine, de contact humain véritable, … c’est dans cette sauce que résite le problème.

    Tout le reste n’est qu’une vulgaire perte de temps.

    Piché pleure quoi au fond ?

    Un pays ? Non.

    Il le dit lui même:

    « Je suis un chiâleur raté. »

    Il s’attriste sur lui-même, … c’est ça la misère humaine …


    Chiâler, … c’est dire: « Je me sens impuissant, seul »,

    On se sent séparé des autres, c’est pour ça que la MAJORITÉ québécoise francaise ne prend pas sa place, ne forme pas un tout.

    Aliénés de souche, on peut difficilement leur demander d’exister sainement.

    Faut partir de là, … comme le dit un proverbe Chinois:

    « Il faut se relever d’où on est tombé. »

  16. Difficile de protéger la langue française sans la séparation du Québec.

  17. Tout part de l’intérêt de la mère pour son enfant.

    Quand ta mère est pas là, ton inconscient comprends qu’elle se fou de toi, et toute ta vie, tu te fous des autres, de ton environnement, de ta langue, tu te fous de tout, et tu veux pas t’impliquer dans rien de positif, t’es attaché à rien.

    Pas de lien significatif; pas d’intérêt.

    C’est l’écoeurantite aiqũe que l’on vit depuis que les mères sont sur le marché du travail.

    À l’école c’est la même chose, tout le monde se fou de tout.

    Pourquoi est-ce que je me fendrais le cul, quand personne n’est VRAIMENT LÀ POUR MOI.

    C’est de là que vient la crise existentielle actuelle, où même les plus romantiques et les plus tenaces abandonnent …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :