Lettre à un ami…

À toi le paradoxe sur deux pattes, toi qui sais, si élégamment, dire noir et blanc dans la même phrase dans un même instant, dans un même mystère. Sans broncher, sans voir à quel point ça déséquilibre, à quel point ça fait tanguer ces vérités lancées honnêtement et attrapés au hasard des  jours qui passent. Elle est tout de même jolie ta pluie d’indices.

Hier, noir de ton absence, tu m’as fait tomber dans ce piège du creusage philosophique, j’ai creusé et je m’en suis presque terrée, parmi une foule de mots, qui se sont tous répercutés sur le miroir de mes désirs éteints depuis longtemps. Tu t’es caché derrière des mots, en a fait mes maux, et je m’en suis enlisé encore. Mais je ne me suis jamais déclarée vaincue.

La tristesse est une route comme les autres, mais comme toutes routes, elle en croise d’autres à l’occasion, sache que parfois, tu pourrais en risquer quelques-unes, histoire de vivre un peu ta vie  à toi, celle remplie d’incertitudes, celle qui risque de t’étonner, ou celle qui longe cette rivière bordée de lys et d’espoir d’une solitude partagée. « faut vivre avant de mourir ». faut pleurer sa vie de toutes les larmes que l’on peut rencontrer aux abords des chemin inconnus, car la vie, elle, ne nous pleurera pas! Parfois, il faut crier, rager, raconter, se confier… Pour survivre un peu plus! Juste pour exister différemment. Toutes tes peurs ne vaincront jamais un simple sourire. Chaque joie est intemporelle, les bonheurs ne s’effacent jamais.

La confiance est épineuse, je sais très bien, elle renferme en elle toutes les trahisons du monde, mais elle n’est pas toujours vaine… T’as le droit de pleurer, t’as même le droit d’apprivoiser chacune de tes larmes et de les faire tiennes, mais, chaque larme est une histoire qui se raconte, qui se partage. Il y a des ombres ennemies, mais il y a aussi des ombres amies. Des parasols qui font ombrage à l’éblouissement, qui transforment  tes confessions en un cocon où l’on peut se dissimuler pour, éventuellement, les observer sous un angle nouveau.

Parfois, mieux vaut se faire mal en tombant que de s’écorcher à vif, le cou brisé d’avoir trop regardé en arrière. Quand tu voudras, un jour peut-être, t’auras qu’à regarder en avant… droit devant. Je serai là, au hasard, de mes propres croisées de chemins, à  essayer différents sous-bois, en attendant que tu me permettes d’apprivoiser tes peurs et de t’offrir la seule chose que je sais faire : quelques souvenirs heureux… Quelques instants de fragments fragiles (la folie) qui font sourire quand on y repense…

Sans rancune

MFL

~ par MFL sur 7 août 2008.

21 Réponses to “Lettre à un ami…”

  1. salut MFL!
    il y a trois ans j’ai écrit ça pour un ami:

    « Il fut rudement cruel, le sort qui te fit ainsi meurtri…je vis dans tes yeux asséchés toute la fourberie de la vie, sa sournoiserie assassine…tu transpirais de dégoût, de frustration et de douleur… Et j’étais là, tout juste sur ton cœur à sentir ses rugissements et à percevoir leur algie.
    Je ne disais point mot… Toute parole aurait lésé la majesté du spectacle qui s’offrait à moi : « l’Homme qui souffre »… Crois moi ça n’est nullement sadisme! j’étais comme proie de maléfice ou de charme noir devant tes traits durcis qui disaient ta souffrance, ton rictus figé, les ridules qui vieillissaient ton si jeune visage…
    je ne disais point mot et pourtant j’avais ta douleur qui par ta peau se transmettait à la mienne et me faisait témoin de sa rudesse. C’est que je nourrissais le secret espoir que par cette même étreinte je pouvais te communiquer ma force, mon soutien, mon envie d’absorber ton désarroi… j’espérai que mon silence pût être plus éloquent que mes mots, que je pusse être plus parlante que bavarde !
    et j’espère vivement que tu saches , que tu sentes, que mes bras si frêles, que ma chaude poitrine et que mes lèvres sur ton front ne cesseront de te consoler que pour te reprendre de plus belle… de plus douce… si tu veux… « 

  2. Waaayli

    WOW!
    Rarement je ne me suis sentie aussi bouleversé par des mots qui dès leur rencontre avec mon regard sont devenus miens.

    Bouleversant, troublant…

    Tremblements d’une vérité qu’il faut avoir vécu pour comprendre…

    3 ans plus tard qu’est ton ami devenu?

  3. merci MFL.. j’ai immédiatement pensé à cet ami en lisant ta lettre…

    3 ans plus tard, on se parle plus🙂
    parce qu’en lisant cette lettre justement on s’est plus quitté, je l’ai aidé à surmonter sa peine et il est devenu dépendant de moi… on a fini par s’éprendre l’un de l’autre, s’aimer à la folie puis se faire du mal…

    on s’est vu il y a quelques mois et on a su qu’on ne redeviendrait jamais plus amis…

  4. Très triste comme fin, Waaayli.

  5. …malgré les moments magiques à la suite de ta lettre.

  6. ça c’est la vie ma grande :))

  7. oui mon petit🙂

  8. Malgré la finalité triste du propos de Waaayli, j’y vois un message d’espoir dans son dernier propos.

  9. Quelle belle lettre. Triste mais très belle et, surtout, sincère.

    J’aimerai maitriser les mots comme tu sais le faire.

    Je t’envoie des ondes!🙂

  10. Waaayli

    Triste en effet… J’imagine que l’important est de vivre pleinement chaque moment et de profiter de l’intensité du désir partagé au moment ou il passe, histoire de ne pas avoir de regrets😉

    Le célibataire Frustré

    Merci, merci et merci

    Ça me touche sincèrement!🙂

  11. Ouf, je dois avouer à mon tour que j’ai bien aimé cette lettre à un ami. J’ai lu, j’en aurais voulu aussi. J’en attend une lettre de ce genre… finira t’elle par arriver ?

  12. Mazsellan

    Finira t’elle par arriver…😉
    HI HI Hi

    J’aimerais bien en recevoir une moi-même…🙂 Je nous le souhaite…

    Merci pour les beaux mots!|

  13. MFl en tant que loup je suis un paradoxe à quatres pattes et qui dactylographie ses amitiées🙂.

  14. MFL je ne fut qu’éblouis par la justesse de tes mots sur ton blogues et j’apprécie chaque jour qu’il m’est donné de vivre de venir y puiser en tes textes ces bribes de vie.

  15. Oui je suis fouuuuuuuuuu je viens de lire trois fois ce texte ouuuuuuuuuuuu hurlement de folie🙂

  16. Salut MFL. Impossible de tout saisir ici. La poésie de tes sentiments me frappe et me plaît, mais je ne pige pas l’essentiel de ton message. Toutefois, si j’essaie d’associer quelques-uns de ces mots à mon bagage, je ressens un vide, une solitude, voire une grande tristesse…

    Faut pas trop regarder en arrière, faut pas trop anticiper l’avenir. Facile à dire mais il faut trouver la recette pour vivre ce présent. Et à fond. Sur ce, je te souhaite la légèreté d’une vie qui coule de source, je te souhaite quelques moments paisbles, un petit morceau de bonheur.

    Fais-toi plaisir!

  17. Loup de Ville

    Et dire que ce n’est même pas la pleine lune…😉

    ***

    Lutopium

    Chacun est libre d’en saisir le sens qu’il veut. Personne ne vit les mêmes chose ainsi on ne ressent pas les mots de la même manière!

    Si la personne à qui ces mots étaient adressés vient lire ceci un jour, elle saura…

    Aux autres, je vous les offrent, vivez les comme vous le désirez🙂 C’est tu pas merveilleux cette liberté poétique!
    🙂

  18. Oui ma belle lune MFL🙂 ton site est en pleine lune continuelle et contrairement à moi tu es très astre et astral moi qui ne suis qu’un dé- astre :-OOOOOOOOOOOOOOOOOO sarcasmes ironique.

    MFL c’est bientôt la MIAOUWWWWW oups mi-aouuuu re- oups mi-août… c’est la pleine lune féline c’est sans doute ta pleine lune a toi🙂 n’est-ce pas ;-P.

    Je hurle de folie plaisante🙂 😀 😀

  19. 🙂

  20. J’avais pas vu cette lettre à un ami … c’est vraiment « très » bien,🙂 … je suis pas le premier compliment, mais en voilà un de plus. J’ai lu quelque part que le but d’un poème est de parler à l’âme de son lecteur, … ça s’applique bien ici.

  21. Rob

    Merci! Sincèrement!
    Ça me touche beaucoup, car il y a de ces textes qui nous touchent nous même plus que d’autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :