Nuit blanche

Dans des fragments de vie incertains, alors que le trouble, le doute, la peur, la solitude, se côtoient, se succèdent, se superposent, se juxtaposent. Dans ces moments où chaque pensée, devient un élément de plus dans un tourbillon d’incompréhension, de nouvelles appréhensions, de constats d’échecs, de délires anonyme et qu’on ne sait plus quoi faire pour arrêter tout cela de tourner dans sa tête, tellement le flou embrouille tout. Il y ceux qui sont plus fort que la vie, qui savent comment la déjouer et freiner le manège. Ceux-ci font des apparitions étonnantes au beau milieu de la nuit morte, et vous proposent de la réveiller cette nuit noire. Inattendu, merveilleux, parce que brisant l’isolement, heureux parce que, l’espace d’un verre, on a soudain l’impression d’être compris et bénéfique parce qu’entouré des derniers fêtards du petit matin, le coeur échappe à la solitude. C’est tellement simple… Merci D pour le feu d’artifice… Ça vaut tellement plus qu’un sommeil trouble. En plus on connait le nom de nos futurs enfants!

Sans rancune

MFL

(Photo: ici)

~ par MFL sur 19 avril 2008.

5 Réponses to “Nuit blanche”

  1. Ça m’a fait un grand bien aussi. Ça replace les ennuis !!!

    Bizouxxx

  2. Tout contre fait, ça les déplace…😉 Façon d’voir !!

  3. Malheureusement, les problèmes de se règlent pas comme pas magie, mais la magie fait en sorte que ça changent les perspectives et que parfois ce qui nous semble une montagne, si on le regarde autrement peut devenir une petite colline…😉 Désolé pour ces métaphores paysagères!

    Mais la Belgique est tellement loin du verre bouteille🙂

  4. « Il y ceux qui sont plus fort que la vie, qui savent comment la déjouer et freiner le manège. Ceux-ci font des apparitions étonnantes au beau milieu de la nuit morte, et vous proposent de la réveiller cette nuit noire. Inattendu, merveilleux, parce que brisant l’isolement, heureux parce que, l’espace d’un verre, on a soudain l’impression d’être compris et bénéfique […] »

    Ceux-là, ces plus forts, je les envie aussi… Je vais t’en parler, sans que ça change rien pour toi, mais te le dire quand même, juste ici, dans ce coin isolé… J’ai jamais eu le bonheur facile, c’est pas relié aux autres, ce n’est relié qu’à moi. J’ai toujours eu cette capacité de saboter ma vie, puis ensuite de craindre le moment où tout s’effondrera. J’ai souvent peur, très souvent, je gâche souvent mes nuits, très souvent, ma tête est souvent un enfer d’images et de scénarios, très souvent. Et je n’ai pas ce verre, surtout pas, auquel parfois je me demande si mes lèvres trempées me soulageraient, enfin, pour un seul instant… je m’en retourne la poitrine serrée, ça va faire un mois bientôt, c’était pour te dire que je comprends!

  5. @Alcolo

    Je ne suis pas sage, je ne prétends pas non plus détenir aucune certitude,je cherche et me cherche. Mais il y a une chose que je sais par contre, c’est que l’espoir, ou la possibilité du bonheur ne se trouve pas dans le verre lui-même, mais dans bien dans la personne qui l’espace de quelques instant se trouve entre ce dernier et nous. Dans le moment partagé, dans cet espace temps qu’elle nous accorde. La plus grande chose (ou chance) que la vie peut nous offrir, c’est le bonheur (et privilège) d’être bien entouré, peut-être que tout se trouve là.

    Mais, pour ce qui est de gâcher ses nuits, avec ces images et scénarios de l’enfer… je les partage, je les connais, ils font partie de mes nuits également.

    J’ai par contre, le grand privilège, de ne pas ressentir ce terrible besoin de tremper mes lèvres dans le verre en espérant y trouver le soulagement, le verre est seulement le prétexte qui me permets de briser (par moment) mon isolement en le partageant. Tout autre alibi ferait l’affaire en sommes.

    Mais je sais que parfois, même bien entouré, on peut se sentir tellement seul au monde, et dans ces moments là on peut devenir son pire ennemi…

    J’imagine que c’est pour cela que l’on dis un jour à la fois, une heure à la fois…

    Mais voilà que je m’égare…

    parfois, je serais mieux de me taire, les silences sont parfois plus réconfortants que les mots.

    Sans rancune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :