Le 8 mars, je me souviens… (réaction)

hpim0215_2.jpg

Ce matin, j’ai lu sur certains blogues, que la journée internationale de la femme n’était plus une « chose nécessaire »… Bien entendu, la féministe qui vit en moi a été piquée tellement profond, que je crois bien que le choc a été ressentie jusque dans la chair de ma mère et de mes grands-mères qui se sont battues toute leur vie afin de faire reconnaître leurs droits légitimes d’être humains.

OUI, la journée internationale de la femme est quelque chose qui a encore sa place, qui est même essentielle, voire vitale…

Parce que je me souviens…

Je me souviens qu’en Iran, la situation des femmes s’était considérablement améliorée, de 1930 à 1979, lors du règne de Pahlavi; grâce à des mesures comme :
-L’établissement d’une loi fixant l’âge légal du mariage à 15 ans plutôt que 13 (1931) et à 18 (1973)
-Établissement d’un système scolaire mixte, permettant pour la première fois aux femmes de faire leurs entrées dans les universités.(1936)
-Droit de vote (1963)
-Création de fondations, d’organisme de protection des femmes
-Droit au divorce…

Bref, « D’autres lois suivent ensuite, visant à faciliter l’accès des femmes aux fonctions jusque-là réservées aux hommes (…) En quelques années, la femme iranienne acquiert donc des droits civils et politiques importants. Une des législatures voit même l’élection de 22 femmes parmi les députés et deux parmi les sénateurs. »

Mais que depuis la révolution iranienne de 1979, tous ces acquis se sont envolés, « le droit des femmes essuie de profondes modifications liées au conservatisme religieux. Le groupe qui hérite du pouvoir après cette révolution est celui de la classe moyenne traditionnelle et religieuse (…)qui privilégient la restriction de la place de la femme à l’espace privé exclusif. La première conséquence pour les femmes est l’abrogation de la loi sur la protection de la famille, favorable aux femmes, votée à l’époque du Shah (…) L’état fait du port du hijab une obligation pour toutes les femmes, les soumettant à des règles strictes de conduite en société. »

« Chaque fois que dans un autobus un corps féminin frôle un corps masculin, une secousse fait vaciller l’édifice de notre révolution » L’islamisation de la société commence donc par une réforme du statut des femmes, de nouveau soumises à la charia, et écartées de toutes les hautes fonctions publiques. De plus, tous les acquis du XXe siècle sont perdus : abaissement de l’âge légal du mariage à 9 ans, ségrégation dans les bus (femmes à l’arrière et hommes à l’avant). Cette involution provoque alors de fortes contestations. » (Source Wikipédia)

En outre, la survie des femmes Iranienne, et les tentatives de restitution des droits acquis est une lutte de tous les jours, de tous les instants…

Ainsi, je me souviens qu’en 2008 l’Iran n’a, à ce jour, toujours pas ratifié la convention internationale contre la discrimination des femmes.

Je me souviens que selon Amnistie International : « La torture des femmes et des fillettes se perpétue au quotidien dans l’ensemble du globe, indique Amnistie International dans son rapport « Ces femmes que l’on détruit ». « Elle est enracinée dans une culture qui, partout, refuse aux femmes l’égalité des droits avec les hommes et tente de légitimer la violence à leur égard. »

« Les tortionnaires sont parfois des agents de l’État ou des membres de groupes armés, mais il s’agit le plus souvent de membres de leur famille ou de leur communauté, ou encore de leurs employeurs. Pour un grand nombre de femmes, le foyer est un lieu de terreur. »

« Les femmes qui ont été achetées et vendues à des fins de travail forcé, d’exploitation sexuelle ou de mariage forcé sont également exposées à la torture. Après la drogue et les armes, la traite des êtres humains constitue la troisième source de profit pour le crime organisé international. Les femmes qui en sont victimes sont particulièrement vulnérables aux violences physiques, notamment au viol, à l’enfermement illicite, à la confiscation de leurs papiers d’identité et à l’esclavage. »

« Dans de nombreuses régions du monde, la police s’abstient régulièrement d’enquêter sur les cas de violence allégués par les femmes et les renvoient souvent à leur triste sort au lieu d’enregistrer leur plainte. Une étude menée en Thaïlande a montré que la police leur conseille généralement de se réconcilier avec leur partenaire et qu’elles doivent souvent acheter les policiers pour qu’ils engagent des poursuites. Seuls 27 pays sont dotés de dispositions législatives contre le viol conjugal.

Au Pakistan, les femmes victimes de viol qui ne parviennent pas à prouver qu’elles n’étaient pas consentantes peuvent être elles-mêmes accusées de zina (fornication), crime puni de mort par lapidation, ou de flagellation en public. Dans certains pays, les femmes ne sont pas autorisées à comparaître en justice : ce sont les hommes de leur famille qui sont censés représenter leurs intérêts. En Arabie saoudite, les femmes qui sortent de chez elles pour demander l’aide de la police risquent une arrestation pour s’être montrées en public sans être accompagnées par un parent de sexe masculin. »

Je me souviens qu’en 2007, le gouvernement Français publie ceci sur son portail Internet : « Des millions de femmes restent en marge des processus de développement durable et de mondialisation économique. Parmi les 106 millions d’enfants privés d’école en 2004, 60 % sont des filles et parmi les 860 millions d’adultes analphabètes, les deux tiers sont des femmes. On observe des écarts énormes entre les législations et les actes, entre la prise de conscience politique et l’évolution des mentalités. Les inégalités de genre persistent en matière de droits et d’accès aux ressources. Dans les pays du Nord comme du Sud, de très faibles niveaux de représentation des femmes aux postes de décision économiques, scientifiques et politiques sont constatés et les violences faites aux femmes restent trop fréquentes.»

Je me souviens, qu’en 2008, dans de nombreux endroits dans le monde, les filles sont toujours victimes de l’excision. Par exemple, « Au Mali, selon une étude menée par l’AMSOPT (Association malienne pour le suivi et l’orientation des pratiques traditionnelles), pour le compte du ministère de la Santé, les mutilations génitales sont pratiquées sur 94 % des filles âgées de 7 jours à 5 ans. » Et que même si des pays comme l’Égypte ont passés des lois l’interdisant, les chiffres sont tout de même très alarmants, en effet, on dit que 97% des Égyptiennes le serait toujours…

Parce que je me souviens qu’au Québec, en 2008, l’égalité des salaires n’est pas encore un fait avéré, et qu’à travail égal, un homme gagne encore et toujours plus. Et cela même dans des milieux en apparence « ouverts » comme c’est le cas dans les milieux artistiques. En effet, une étude mené par l’Union des artiste (en 2006) révélait que; « au théâtre, les femmes sont encore moins bien payées et ont moins de rôles que leurs confrères. À titre indicatif, en 2006 les revenus annuels UDA moyens d’une comédienne au théâtre étaient de 7444 $ contre 9000 $ pour un homme. Pour chaque 100 $ touché par un acteur, une actrice en recevait 73,90 $.» (source UDA)

Parce que en 2008, au Québec, une fille de 13 ans croit que pour plaire aux garçons, elle doit impérativement se vêtir sexy, se restreignant ainsi à servir de morceau de viande pour potentiellement devenir un appât envisageable, et qu’il n’y a que les hommes pour se lever debout et dénoncer cette situation alarmante.

Parce que les seuls féministes que je connaisse en 2008, sont des hommes qui ne cesse d’essayer par tous les moyens de réveiller les femmes et les filles endormis… (Quelle ironie quand même)

Parce qu’en marchant sur la rue dernièrement j’ai entendu une fille dire que le féministe était passé de « cause à défendre » à « cause historique »…

Parce qu’en 2008, le gouvernement du Canada écrit encore sur ces billets de 50$ «Les femmes sont des personnes» extrait de la déclaration des droits de l’homme de 1948.

Pour toutes ces raisons, et pour plusieurs autres, je crois que de s’arrêter une fois par année, et de cesser de se regarder le nombril, c’est quelque chose d’essentiel, sinon ont fini par se fermer les yeux et croire, comme dirait Voltaire, que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes….

Après cela qu’on m’accuse d’être une féministe frustré!

Sans Rancune…

MFL

~ par MFL sur 5 mars 2008.

6 Réponses to “Le 8 mars, je me souviens… (réaction)”

  1. Merci MFL pour ce texte qui est criant de vérité et de tristesse tout à la fois.

    Moi aussi, j’ai eu la même réaction que toi en tombant sur ces blogues… mais je n’avais pas la tête ni l’énergie de débattre sur le sujet aujourd’hui.

    Je me sens un peu épuisée intellectuellement ces derniers temps.

    Mais ça ne m’empêche pas de le penser très très très fort.

    Avec tout mon respect…🙂

  2. @Noisette

    Merci, Il y a de ces sujet qui provoquent en moi des réactions quasi violentes, celui-ci est un de ceux là! Il faut dire que jours après jours j’entends tellement de réflexions aberrantes sur le sujet que je suis toujours un peu à vif!

    Mais voilà, ça m’a fait du bien à moi de l’écrire!

    On vit une période épuisante intellectuellement, pour reprendre tes mots!😉

    MFL

  3. Oh il s’adonne que j’ai un de « ces blogues »…. mais dites moi donc… en quels mots ai-je bien pu dire que ce n’était plus nécéssaire???

    Il n’y avait aucun sous-entendu dans mon message, ce qui est dit est dit clairement, j’aime pas ça moi, je trouve qu’on prend trop de place je trouve que les hommes devraient avoir aussi leurs centres et le financement qui va avec en proportion égale au notre.

    Jamais parlé d’abolir, jamais parlé d’inutilité, encore moins de ce qui se passe ailleurs dans le monde au niveau de la condition féminine.

    L’égalité hommes femmes, on peut tu la voir aussi au niveau des ressources ???

  4. @Lafelee

    Je respecte votre opinion, d’ailleurs j’ai pris ces données dans différentes sources, ce qui prouve que vous être loin d’être la seule à partager cet avis. Bien entendu, vous n’avez pas utilisé le mot NÉCESSAIRE, dans votre billet, mais je l’ai bien vu écrit tel quel ailleurs! Je l’ai même entendu il y a quelques jours dans un débat sur la question à la télévision.En outre, à tous les jours je suis témoins de situations graves, de discours amnésiques, et de statistiques horribles!

    Le but de mon blogue de ce matin était avant tout de dire pourquoi je trouve « personnellement » que cette journée internationale est un fait social vital dans le monde, aujourd’hui en 2008.

    Je sais qu’il y a points qui peuvent être litigieux, vous parlez d’égalité des ressources, je crois qu’il s’agit d’un de ceux là, par contre il s’agit là d’un débat qui doit se régler dans une autre sphère que celle du droit des femmes. D’ailleurs, je pourrais vous parler des taux alarmants de décrochages scolaire chez les garçons. C’est une situation alarmante, sur laquelle il faut débattre, mais il ne faut pas en accuser le féminisme.

    Malheuresement il y a trop d’inégalités sur cette terre, et il faut les dissocier les unes des autres pour voir quel moyens nous devront prendre socialement pour espérer les régler.

    Sans rancune

    MFL

  5. Bonjour Marie-France,

    « Chaque homme est coupable du bien qu’il n’a pas fait » a aussi dit Voltaire.

    Je vis l’année de mes 50 ans et je regarde en arrière.

    Je vois les années ’70 « Peace and love ». L’émancipation sexuelles des femmes. J’avais 15 ans. J’observais.

    Je vois les années ’80 « Disco ». Je mettais au monde mes enfants. Je participais.

    Je vois les années ’90 « La génération Y grandit ». Je « suis » mes ados autant que faire se peut. Je m’investissais.

    Je vois les années ‘2000 « L’aire 09-11 ». Le monde a changé. Mes enfants sont devenus des adultes. Ils font leur choix, je les aime, comme ils sont. Je divorcais.

    2008. Je vis ma vie de femme. Je travaille. Je me tiens au fait de l’actualité. Je suis en amour. Je crois faire ce qu’il faut.

    Mais, j’ai en tête les batailles et les guerres de mes mères et mes grand-mères. Et je les remercie.

    Femmes, bonne journée !

  6. @Lyne!

    Bienvenu ici et merci du témoignage… (très touchant)

    L’important consiste à toujours être conscient, conscient de sa propre vie, mais du monde qui nous entoure.

    La vie est truffée de moments magiques, d’ouvertures sur le monde de douces et grandes folies…

    chaque époques de nos vies apporte ses petites joies, ses grands drames, ses petits malheurs, ses étonnements….

    Mais, c’est important de ne jamais oublier… On dis souvent que le passé est garant de l’avenir, mais je crois que dans ce cas-ci, le message outrepasse le cliché…

    D’où le; Je me souviens…

    la lutte n’est pas terminé,loin de là! Mais aujourd’hui, on se souvient, et on regarde vers l’avant!

    Au plaisir de te retrouver par ici!

    MF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :